Les bonnes pratiques qui vont vous aider à concevoir votre évaluation des connaissances

Posted on Posted in Evaluation des connaissances

tsahal-quizCela fait déjà trois mois que nous avons commencé à partager avec vous nos bonnes pratiques en matières d’évaluation des connaissances. Ce nouvel article s’ajoute à la liste des sujets abordés dans notre tour d’horizon des pratiques d’évaluation des connaissances.

Je vous propose ici, de faire une synthèse des quelques 11 bonnes pratiques proposées par Jonathan Pottiez dans son ouvrage L’évaluation de la formation (Dunod, 2013, p. 112-118).

Commençons par travailler la base, les questions. Je suis certaine que vous êtes nombreux a avoir déjà répondu à des questionnaires d’évaluation des connaissances et à vous être dit que la formulation des questions prêtait à confusion ou que les réponses proposées vous aiguillaient sensiblement vers la bonne réponse. Il y a des points de vigilance à ne pas négliger si l’on souhaite garantir la qualité des réponses collectées, la sincérité des répondants et l’image de l’évaluation. En voici quelques uns.

  • Décelez les participants qui ont appris de ceux qui n’ont pas appris et, pour cela, vérifiez que parmi les choix de réponse aucun n’est plus attrayant qu’un autre. Faites tester vos questions et observez les tendances pour ajuster si nécessaire.
  • Préférez la compréhension à la connaissance. Utilisez des questions d’application, elles vous permettront de vous assurer que les participants ont bien assimilé le concept et qu’ils seront capables de le réutiliser.
  • Évitez les questions qui attendent plus qu’une seule réponse et les questions trop longues qui contiennent des informations non nécessaires à leur compréhension. Gardez en tête que le participant n’a pas beaucoup de temps à accorder au questionnaire. Les questions doivent être courtes et précises. La complétion du questionnaire doit être ludique et peu contraignante.
  • Dans le cas où le questionnaire est en lien avec une formation, veillez à ce que les questions soient cohérentes avec les objectifs de formation et à ne pas utiliser les formulations négatives. Le but est de renforcer les connaissances des participants, ne les questionnez pas non plus sur des concepts qui n’auraient pas été abordés en formation.

Maintenant que vous avez choisi et rédigé correctement vos questions, veillez à ce que le format du questionnaire soit tout aussi efficace.

  • Évitez de donner une image trop scolaire de l’évaluation. Un constat que j’ai pu faire, moi aussi, au fil des expériences clients, c’est que l’on laisse rarement accès aux ressources aux répondants alors qu’ils y auront souvent accès à leur poste de travail.
  • Pensez à donner des instructions claires à vos participants afin de les guider dans la réalisation de leur questionnaire. Par exemple, insérez un texte d’introduction, précisez leur à quels types de questions ils seront amenés à répondre (questions à choix multiple, questions à choix unique…), etc.
  • Veillez à limiter la taille du questionnaire : 20 questions suffisent largement. Cela permet de récolter suffisamment de matière pour se faire une idée du niveau de connaissance des participants. Plus le questionnaire sera long, moins les participants seront attentifs et les réponses n’en seront que moins fiables.
  • Si vous avez plusieurs sujets à aborder, préférez plusieurs petits questionnaires utilisés à différents moments.
  • Utilisez le questionnaire pour renforcer les connaissances des participants. Pour cela faites le compléter quelques semaines ou quelques mois après la formation, cela permet de prolonger l’apprentissage.
  • Pensez à grouper vos questions par thème, cela facilite la compréhension et la notation, ainsi vous identifierez plus rapidement les concepts les moins bien maîtrisés.

J’espère que ces quelques conseils vous seront utiles pour concevoir vos évaluations des connaissances à venir. Le prochain article aura pour objectif de vous permettre d’exploiter les résultats de ces évaluations pour agir en conséquence. En attendant, n’hésitez pas à solliciter l’équipe conseil de Formaeva, nous serions ravis de vous aider à concrétiser vos projets d’évaluation.

4 thoughts on “Les bonnes pratiques qui vont vous aider à concevoir votre évaluation des connaissances

  1. Je pense qu’un contrôle de connaissances idéal consisterait à envoyer 5 mails de 6 questions chacun à quelques jours d’intervalle les uns des autres pendait les 3 semaines suivant la formation. Cela permettrait d’évaluer en plus la persistance des connaissances dans le temps.

  2. Merci pour votre commentaire. Je pense qu’il est en effet très intéressant d’utiliser l’évaluation des connaissances comme moyen de renforcement des acquis. Sur la durée, je n’ai pas de « pratique idéale », je veillerais toutefois à ne pas trop solliciter les apprenants au risque de les désengager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *