Parcours multimodaux : l’évaluation doit-elle être adaptée ?

Posté le Posté dans Non classé

Ces dernières années, une nouvelle approche de la formation constituée de parcours multimodaux voit le jour. Ces parcours favorisent l’alternance de présentiel et de distanciel (modules de e-learning, e-formation, blended formation, web conférences…). Ils alternent des approches synchrones (modalité d’échange d’informations en direct) et asynchrones (modalité d’échange d’informations en différé), des moments individuels et collectifs.

OK, cela est une réalité et il faut la prendre en compte mais en terme d’évaluation, comment cela doit-il se traduire ?

Pourquoi évaluer ?parcours-multimodaux

Le 1er point sur lequel s’interroger, et ce pour toutes évaluations, est pourquoi évaluer ? Quels sont les objectifs de l’évaluation ? Et que va-t-on faire des résultats d’évaluation ? Comment va-t-on les analyser ?

Et, dans ce cas, est-ce que ce sont réellement les modalités pédagogiques qui vous intéressent ou plutôt la finalité de la formation ? Les livrables ? Est-ce que ce qui vous importe, en tant que responsable de formation, n’est-il pas de s’assurer que l’apprenant ressorte de la formation avec un niveau de connaissances requis et surtout qu’un transfert des acquis sur le poste de travail se soit opéré ?

Se concentrer sur l’apprenant

Le 2ème point auquel il faut prêter attention est le répondant en tant que tel, soit l’apprenant. Attention à ne questionner l’apprenant que ce sur quoi il est capable de se prononcer. Est-il de son ressort de juger si les modalités du parcours de formation étaient adaptées ? L’apprenant est là pour vivre une expérience d’apprentissage, pas pour faire un retour sur les modalités de formation. Cet aspect tient bien plus du rôle du responsable pédagogique.

N’hésitez pas à lire l’article complémentaire sur le sujet : rédiger des questions centrées sur le formé, pas sur le formateur.

Le syndrome de la « survey fatigue »

Ensuite, il faut prendre en compte la « survey fatigue » de la part de l’apprenant : « trop de questionnaires tuent le questionnaire ! ».

En effet, la règle à suivre est de n’envoyer aucun questionnaire tant qu’il n’y a pas d’interruption de formation. C’est-à-dire aucun questionnaire tant que le stagiaire ne revient pas à son poste de travail.

Les niveaux 2 (apprentissage) et 3 (transfert des acquis) se mesurent, dans tous les cas, en fin de parcours de formation.

Ainsi rien ne vous empêche, à la fin, de poser 1 ou 2 questions sur le parcours, toujours centrées sur l’apprenant. Des questions telles que :

  • « Est-ce que cette manière de faire vous a permis (ou pas) de faciliter votre apprentissage / le transfert des acquis ? »
  • « Qu’est-ce qui vous a été le plus utile pour vous aider à apprendre et mettre en œuvre ? »

peuvent être pertinentes pour juger de la qualité et de l’efficacité d’un parcours.

Les parcours longues durées

Malgré tout, un questionnaire peut être envoyé quand le parcours de formation se déploie sur une longue durée ou est très « haché », ou encore lorsque des objectifs sont associés de manière pertinente et claire à chaque module/séquence. Mais celui-ci devra être très court et ne pas excéder l’envoi d’un par mois.

Des questionnaires d’évaluation oui, mais pas que…

Enfin, il faut constamment garder à l’esprit que l’évaluation ne passe pas toujours et forcément par des questionnaires (et, comme nous le disions plus haut, trop de questionnaires…). Le formateur lui-même, lorsqu’il anime, fait de l’évaluation en réalisant de petits quiz. À l’oral, par exemple :

  • « Par rapport à ce que j’ai pu énoncé ce matin, sauriez-vous me ré-expliquer le principe de … »
  • « Comment pensez-vous pouvoir ré-utiliser cette notion sur votre poste de travail »

Le manager peut également jouer un rôle « d’évaluateur » en posant une question au stagiaire, de retour de formation : « Alors, comment s’est passée la formation ? »

Pour conclure, il existe deux types d’évaluation :

  • l’évaluation formative, généralement réalisée au cours de l’apprentissage par le formateur, par le groupe posant des questions,
  • l’évaluation sommative, qui se déroule plutôt à la fin d’un apprentissage, et qui se fait via des logiciels comme celui proposé par Formaeva.

Les deux sont importantes et complémentaires.

Aussi et surtout, le parcours est un assemblage de modalités d’apprentissage dont l’objectif final est de préparer les stagiaires à mettre en pratique les acquis de la formation. C’est ainsi que l’on pourra évaluer l’efficacité d’un parcours de formation, qu’il soit multimodal, uniquement distanciel ou présentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*